Get Adobe Flash player

Ce volet de la programmation a pour objectif de mettre l’accent sur des expériences marocaines dans les sphères des études, de la traduction, de la recherche et de la création littéraire et intellectuelle, dont les auteurs se sont distingués, chacun dans son domaine, par une profondeur du savoir et un apport probant ; ce qui a entraîné la jouissance de leurs ouvrages d’une place distinguée, non seulement sur le plan de la lecture, mais aussi sur celui des candidatures à de nombreux prix arabes très cotés.

De ce constat a découlé l’idée de rendre hommage symboliquement à cette constellation de créateurs et chercheurs marocains, afin de les envelopper de chaleur humaine  et de leur exprimer la reconnaissance due envers leurs contributions à la revalorisation de la culture marocaine et à son accès au statut qu’elle mérite.

Ces dernières années, une véritable et remarquable dynamique a caractérisé la production littéraire marocaine, notamment dans la sphère romanesque, se concrétisant par l’obtention de plusieurs romanciers marocains de prix littéraires arabes très cotés. Ce nouveau volet de la programmation du SIEL aspire à réaliser une fusion culturelle autour de cette nouvelle génération d’écrivains marocains lauréats de prix décernés hors du Maroc. Sa visée est de soutenir leurs aspirations à plus de créativité et de rayonnement, et de faire acte de reconnaissance envers leurs efforts créateurs tendant à la consécration du corpus romanesque marocain au niveau arabe, tant à travers la production de textes rénovateurs qu’à travers la conquête de prix reconnaissant leurs apports dans l’évolution du goût littéraire arabe.

Ce volet offre une possibilité réelle de rencontrer directement des écrivains et créateurs marocains, arabes et étrangers, pour plus de proximité avec leurs univers, préoccupations et prémonitions grâce à  un débat ouvert, franc et direct sur des thématiques et problématiques afférentes à l’écriture et aux aléas de la vie. Ces rencontres sont autant d’éventualités pour signifier la chaleur de l’admiration aux gardiens de la noblesse des mots, et les entourer de la sollicitude et du respect qu’ils méritent  en raison de leurs apports en matière d’éducation et de fertilisation de notre imaginaire collectif commun.

Les relations entre le Maroc et l’Espagne n’étaient point fortuites, et encore moins passagères ou conjoncturelles. En fait, elles résument, vu la situation géographique et stratégique des deux pays, une Histoire civilisationnelle qui remonte à des ères séculaires. Moult écrits historiques reflètent d’importants aspects de ce voisinage fécond qui était, et persiste à être, un facteur d’enrichissement et de complémentarité civilisationnels. De surcroît, cette proximité constitue un élément d’inspiration littéraire/créatrice pour les intellectuels, les écrivains et les artistes de chacun des deux pays. Autant de donnes qui fondent, par voie de conséquence, leur pari commun sur la consolidation des rapports de communication constructive entre les deux peuples, et l’affermissement des voies aptes à pérenniser la vertu du bon voisinage. D’où l’importance des axes proposés en commun par les deux parties lors de la présente édition du SIEL, qui approcheront, d’un point de vue culturel, la profondeur des relations bilatérales historiques et civilisationnelles, par l’entremise d’interventions et témoignages de chercheurs, écrivains, traducteurs et créateurs des deux pays.

La mort n’est nullement un effacement total de l’être humain, de sa mémoire et de son sens agissant dans cette vie, mais un voyage exceptionnel le transportant vers un autre monde. Malgré cela et même après sa mort, l’être humain demeure présent dans notre vécu quotidien, nos pensées et notre affectivité. Il le demeure en raison de son parcours dans ce bas monde, des travaux et réalisations au profit de l’Homme qu’il a légués et qui sont autant d’arguments pour que sa mémoire se perpétue à travers les ères. D’où la considérable valeur de ce volet rétrospectif des parcours et qualités d’écrivains, créateurs et artistes disparus, sans que leur mort ne signifie, évidemment, la disparition de leurs traces ou l’oubli de leur remémoration. 

L’acte authentique d’écrire n’est, par essence, qu’une sorte de persévérance dans le dépassement créateur. Il s’agit d’un dépassement requis et souhaitable, étant entendu que c’est sur lui que parient les nouvelles générations pour ajouter leurs propres créations et innovantes conceptions aux accumulations des générations antérieures, avec comme intention d’élargir l’horizon et les aspirations de ces dernières. Dans cette conception, le dépassement consiste en un processus positif  de renouvellement de la sève de la création, de diversification de ses sources, d’approche de nouveaux horizons répondant aux interrogations, problématiques et tracas spécifiques à chaque époque. Partant de là, ce volet accueille de nouvelles signatures littéraires pour s’exprimer sur elles-mêmes, ouvrant à chacune d’elles la voie de l’affermissement, présent et futur, de sa voix.

Copyright © 2012 / 2018 Salon International de l'Edition et du Livre - Tous droits réservés
Suivez nous sur facebook
Notre chaine youtube